Tout le monde l’a bien compris, il y aura un avant et un après à cette crise liée au Covid-19 et ce confinement. Le secteur professionnel semble être celui qui sera le plus touché et qui va largement se bousculé. Les nouvelles stratégies managériales vont devoir être adaptées et sûrement incorporer une nouvelle méthode de travail : le télétravail. Oui, le changement c’est maintenant !

Le confinement fait bouger le monde du travail ?

De nombreux secteurs obligés de se réinventer

L’évènementiel, l’hôtellerie, la restauration, l’immobilier, l’enseignement ou encore le recrutement par exemple, nombreux secteurs ont été durement sanctionné par ce confinement historique.  Eux, comme beaucoup d’autres ont compris qu’ils vont devoir se réinventer pour continuer à exister sur le long terme. Cette crise que nous vivons actuellement nous fait ouvrir les yeux sur beaucoup de choses auxquelles nous ne sommes pas prêts.

Des salons annuels improvisent et s’adaptent aux conditions en diffusant un évènement via des écrans interposés, des restaurants choisissent une version « à emporter », des visites d’appartements virtuelles sont possibles, certains cours se font en visio et des embauches ont lieu ! Le besoin et la contrainte semblent finalement faire bouger les choses…

Apparition massive de stratégies de télétravail

D’autre part, de nombreux cœurs de métiers ont été « facilement » adaptables : communication,  … des métiers déjà fortement digitalisés. Certes, la crise du Corona virus nous oblige à chambouler leurs habitudes de travail mais le contrer a été simple pour continuer leur activité : le télétravail. Un ordinateur, un téléphone et ils peuvent réaliser un maximum de leurs tâches habituelles…

Bien que tout ne soit pas optimisé car nous avons tous été pris de court c’est faisable et déjà en place depuis de nombreuses années. Beaucoup de « nouveaux métiers » sont déjà exercés à distance, à la normale. (Développeurs web freelance, youtubeurs,… ) Et de nombreux métiers s’improvisent déjà à la maison, faute d’avoir des bureaux pour le TPE par exemple.

D’autre part, la France reste un pays en retard sur cette pratique. Angleterre, Irlande, Suède ou encore les Etats-Unis ont déjà assisté à une démocratisation du travail à la maison. 

Enfin, certains professionnels y ont pris goût et/ou l’ont découvert durant cette période de confinement et la future génération risque de le privilégier. Il est peut-être temps de sérieusement le considérer dans ses prévisions d’évolution ?  D’après une étude Citrix Systems1, 2 Français sur 3 pensent que le télétravail sera plus répandu à l’issue de la crise sanitaire.

Quels avantages et inconvénients du télétravail ?

Nous connaissons les français… toujours très réticents à suivre les tendances et oui, le télétravail comporte son lot d’inconvénients mais s’accompagne également de nombreux d’avantages.

Une opportunité pour l’employeur, qui demande de faire confiance

Economies de place et financières

Laisser ses employés travailler depuis chez eux peut représenter de vraies économies pour l’employeur :

  • Réductions des charges
    • Plus besoin d’investir dans des locaux pour loger l’activité de votre salarié. Il aura simplement besoin du matériel nécessaire à celle-ci ;
  • « Gain de place »
    • Votre activité est en progression mais vous n’avez pas la place pour accueillir une nouveau.elle collaborateur.rice ? Permettez-vous d’en intégrer un.e en mettant en place le télétravail !

Faciliter l’emploi aux travailleurs à mobilité réduite

D’autre part, le travail à la maison facilite l’embauche des travailleurs à mobilité réduite… et donc diminue la discrimination de l’emploi. Ils ont déjà leur autonomie depuis leur domicile et aucun déplacement jusqu’au lieu de travail n’est requis.

Une solution qui demande de la confiance

Enfin, bien qu’il y ait des avantages à cette solution « fait maison » pour l’employeur, il y a tout de même un point très sensible et qui peut se montrer plus ou moins compliqué pour chacun : la responsabilité managériale. En effet, le management à distance est un vrai challenge.

Il demande, d’une part ? un accompagnement régulier et « de proximité ». Malgré une localisation bien distante, il faut savoir garder le lien social et correctement orienter ses équipes.

D’autre part, il exige une partie d’autonomie très importante. L’employé est chez lui et bien que le visio est très agréable, il n’est pas la solution pour épier celui-ci sur ses heures de travail. Il faut apprendre à faire confiance et laisser derrière soi une part de stress inutile qui voudrait que votre collaborateur soit moins professionnel en raison d’une « plus grande liberté ».

Une liberté professionnelle qui comporte ses risques pour l’employé.e  

Economiser son temps et son énergie

41% du panel interrogé pour l’étude mentionnée exprimait l’optimisation du temps comme réel avantage du télétravail. Et pour cause !

En travaillant de chez soi, fini les temps de trajet pour rejoindre le travail et fini le stress pour éviter les bouchons et arriver à l’heure, vous êtes sur place ! Vous avez 30 minutes devant vous pour prendre le café de votre vie ou pour votre sport quotidien.  

D’autre part, à la maison vous gérer vos pauses et horaires de travail. Tout en respectant vos heures contractuelles, vous avez la possibilité de manger à l’heure souhaitée ou encore de prendre votre café devant votre 15ème fiche de paie à remplir.

A noter que cela peut constituer également un avantage pour l’employeur car le salarié peut gérer son temps en fonction de sa réactivité et cela se ressent dans son travail. Il est plus productif et efficace.

Plus efficace et autonome dans sa bulle

Au bureau, vos collègues peuvent vous interrompre et/ou vous pouvez être davantage tenté.e de les solliciter lorsque vous rencontrez un problème. De chez vous, vous allez avoir tendance à trouver vos propres astuces pour rester concentré.e et surtout à vous forcer à développer votre autonomie.

En effet, malgré de nombreuses sources de déconcentration dans votre logement vous avez aussi vos habitudes qui peuvent vous permettre, au contraire, d’être plus efficace. Son propre espace de travail, sa propre méthode de rangement, son propre lot de consolation tout près… sont autant de facteurs qui peuvent augmenter la motivation mais aussi stimuler la créativité.

Enfin, être isolé du reste de l’équipe peut vous rendre moins « dépendant » de celle-ci. La distance peut vous rendre plus responsable. Il est effectivement facile d’aller interrompre un collègue dans son bureau mais par écrans interposés cela prend beaucoup plus de temps. Utiliser celui-ci pour trouver la réponse par vous-même et prendre des initiatives.

Télétravail et risque d’isolement

Sur 100 personnes interrogées par Citrix, 47 pointent le manque de lien social et la communication avec les collègues comme les points négatifs majeurs pour les télétravailleurs.

Pour quelqu’un de très bavard et très sociable… le télétravail n’est effectivement peut-être pas la meilleure solution. L’échange est bien sûr indispensable mais il sera évidemment moins important. Les échanges sont moins faciles et donc moins fréquents. Il faut savoir gérer se point pour ne pas perdre le moral et créer des interactions sociales.

Difficile de séparer pro et perso

Lorsque vous télétravaillez, vous gérez vous-même votre temps de travail. Il peut être très compliqué de s’empêcher de prendre trop de libertés et, au contraire, le travail peut prendre une place trop importante dans votre quotidien. Cela demande beaucoup d’organisation.

En effet, à la maison, il n’y a pas de séparation géographique entre le travail et la vie privée. Les distractions sont nombreuses autour de vous ; télé, enfants si vous en avez, téléphone, même l’aspirateur peut devenir votre obsession dans ces cas là ! Créer son espace de travail propice à vos heures contractuelles, loin de ces démons, peut être une solution pour remédier à cela. Et profitez un maximum de vos temps de pause !

Aussi, quand la vie professionnelle s’invite à la maison, il est parfois difficile de lui demander de s’en aller. Faites en sorte qu’une fois la journée de travail terminée vous quittez vos outils destinés à celui-ci. Exigez de vous de prendre du repos.

En bref, le télétravail va faire son apparition dans les prochaines années. Il faut savoir l’apprivoiser avec tous les avantages et inconvénients qu’il encoure. Pourquoi ne pas l’inclure davantage sans trop en abuser ? Faisons un mix des deux : incluons le télétravail dans notre vie professionnelle sans pour autant ne valoriser que lui.

: Citrix systems est une entreprise américaine qui facilite le travail mobile et l’adoption des services cloud

Le chômage technique ou chômage partiel est une option largement exploitée pendant cette période de confinement et de crise. Le Corona Virus contraint les personnes à rester chez elles mais surtout les entreprises si ce n’est à figer, souvent à ralentir fortement leur activité pendant quelques temps. Ces dernières doivent donc trouver des solutions pour leurs salariés.

Le chômage technique ou partiel : qu’est-ce que c’est ?

Le chômage technique, chômage partiel ou activité partielle, est un choix que les entreprises ont. Elles ont cette possibilité en cas de perte ou de diminution temporaire et partielle de leur activité. Aide pour pouvoir indemniser leurs salarié.e.s. Ces derniers vont, effectivement, également subir cette baisse, entraînant une activité en dessous de l’horaire légale de travail.

Il s’agit d’une solution qui évite donc d’avoir recours à l’option « licenciement économique ». De fait, cette option permet à l’entreprise de maintenir ses salariés, en réduisant leurs charges salariales. Ces derniers bénéficient également du maintien de leurs postes et de l’obtention d’un dédommagement financier. Les contrats de travail sont maintenus et les effectifs restent inchangés.

D’autre part, l’employeur qui impose et/ou met en place une activité partielle pour ses employés perçoit une compensation financière de la part de l’Etat. Il s’agit d’un soutien financier qui vient les aider à procurer les rémunérations, dans ces conditions particulières et difficiles.  

Quand et comment peut-il être instauré ?

Quelles conditions pour le chômage partiel ?

Chômage technique et démarches à suivre

Dans un premier temps, pour avoir recours à l’activité partielle de ses effectifs, l’entreprise doit, après consultation avec ses organes décisionnels, en faire la demande auprès de la Direccte (Directions régionales des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi). Cette démarche lui permettra d’obtenir l’allocation de l’Etat, si toutes les conditions sont respectées.

Chômage partiel et conditions à respecter

Cette forme de chômage ne peut prendre effet qu’en cas de raisons exceptionnelles. Les causes doivent donc être conjoncturelles pour l’entreprise (restructuration, perte de l’outil de production, conjoncture économique délicate, etc… ou force majeure comme cette crise mondiale / nationale inédite que nous vivons actuellement avec ce confinement sanitaire.)

D’autre part, il s’agit d’une mesure collective. Elle s’applique à tous les salariés de la structure ou a aucun.

A noter que cette possibilité se limite également dans le temps. Le recours au chômage partiel ne peut excéder les 6 semaines d’exécution. Au-delà de cette période, l’arrêt de l’activité de l’entreprise n’est plus considéré comme temporaire et les salariés, eux, seront considérés au chômage total.

Quid de la rémunération en chômage partiel ?

Du côté des employés : un seuil minimal pour le chômage technique

Pour les salariés, le dédommagement pour chômage technique s’élève à 70% du montant horaire de leur salaire brut normal, à temps plein. A noter que l’indemnité peut être égale à 100% du salaire net si l’entreprise décide d’instaurer des formations pendant cette période. Qu’importe les conditions individuelles des heures chômées, chaque entreprise doit assurer une rémunération au moins égale au SMIC à ses salariés.

Chômage partiel et aides aux salaires pour les entreprises

Pendant cette période de récession de l’activité, l’entreprise peut avoir des difficultés à dédommager ses effectifs, bien que les coûts soient moindres. De fait, l’Etat et l’UNEDIC (gestion de l’assurance chômage en France) vont leur venir en aide en leur octroyant une compensation financière.

Le but étant de les soutenir financièrement pour que les deux parties puissent en tirer profit. L’un garde son emploi et une partie de son salaire, l’autre maintien sa force salariale, pour retrouver une activité « normale » par la suite.  

La compensation varie, habituellement, en fonction de la taille de l’entreprise. 7.74€ par heure sont accordés à une société de 1 à 250 salariés et 7.23€ au-delà de cet effectif. Dans ce contexte tout particulier de crise due au Corona Virus, l’Etat met cependant en place des mesures exceptionnelles. Il prendra en charge 100% du chômage partiel des salariés, dans une limite de 4,5 fois le SMIC par salarié.

A noter que les choses peuvent évidemment évoluer au cours des prochains jours / semaines.

Chômage technique et congés payés pendant la crise du Covid-19

De manière générale et dans des conditions « normales », les jours chômés pendant cette période d’activité partielle ne sont pas pris en compte dans les congés payés. Ils restent des jours non-travaillés.

En revanche, dans cette situation particulière du Corona Virus, la question des congés payés est très présente. Des mesures doivent être mises en place pour permettre un retour d’activité normal au plus vite. De fait, l’employeur peut désormais imposer des congés payés à ses salariés, à hauteur de six jours ouvrables. Il n’a, néanmoins, pas la possibilité de piocher dans ceux à prendre après le 31 mai 2020. De cette manière, il déplace sa période de référence des congés payés pour une reprise efficace, avec une équipe au plus grand nombre, quand tout reprendra son cours. 

Pourquoi le chômage technique est aujourd’hui la réponse à la crise du Corona Virus ?

Si beaucoup d’entreprises décident de se servir de cette option durant cette période du Corona Virus c’est parce que cela peut être une solution temporairement arrangeante et acceptable pour les parties concernées.

En effet, cette crise qui a entrainé un confinement total à l’échelle nationale fait également subir aux entreprises un très large ralentissement, voire un arrêt complet, de leur activité. De fait, la situation économique de leur structure ne leur permet pas d’assurer correctement et normalement leurs charges. Ces dernières concernent en grande partie les charges salariales et donc la rémunération des employés.

Cette solution temporaire et exceptionnelle de chômage partiel est donc, d’une certaine manière, dans l’intérêt des deux … Les entreprises, avec l’aide de l’état, peuvent continuer d’exister, tout en permettant à leurs salariés de les suivre et d’obtenir une compensation.